Arpenter l’Ouest

Calendrier de l’après (2)

Ne me demandez pas comment cette plaque a été sauvée, je suis une tombe.

IMG_1141

3, rue de l’Eternité

Adressez-vous plutôt à cet automobiliste et à sa passagère qui passaient par là dans une grosse voiture noire. Mais quels mots choisiraient-ils pour raconter ce qu’ils virent, et ne virent pas, sous cette tendre averse du mois d’août ?

Laissons ce moment de poésie nocturne derrière nous et prions pour que le calendrier de l’après n’ait pas davantage de fenêtres que le calendrier de l’Avent, si peu poétique à mes yeux.

– Par là, c’est où ? demande quelqu’un.

– C’est un calendrier, pas un plan ! répond l’Arpenteur.

– 22, v’là les trax ! avertit Nestor.

– A dans trois s’maines ! dit l’Arpenteur filant par un chemin de traverse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + 4 =